25/01/2016
Pèlerinage aux Saintes

Page d'accueil
Suite
Pèlerinage aux Saintes-Maries-de-la-Mer

Marie JACOBE, tante du Christ
(fête le 25 mai)

Marie-Jacobé, la sœur de Marie, mère de Jésus, est l'épouse de Cléophas, un cultivateur de Palestine, qui serait aussi frère de Joseph. Ellle eut de lui quatre fils.
Jacques le Mineur pour le différencier de Jacques le Majeur fut le camarade d'enfance de Jésus à Nazareth.
La tradition fait de lui le premier évêque de Jérusalem.
Joseph, dit aussi Barsabas le Juste
Judes, ou Thadée, apôtre qui mourut martyrisé
Simon, dit le Zélote, succéda à son frère Jacques le mineur sur le siège de Jérusalem, et mourut, lui aussi, martyrisé



Marie jacobé dans la barque des Saintes-Maries avec un vase de parfum et la main ouverte

L'oppidum Râ

La Camargue était, dans l'Antiquité, une île consacré au dieu égyptien , le père du soleil. Le village des Saintes Maries de la Mer est bâti à proximité de l'emplacement de l'oppidum Râ. Il s'appelleraNotre Dame de Ratis, Ratis donnera plus tard Radeau, puis Notre-Dame-de-la-Mer, et ne prendra son nom actuel qu'en 1838.

Les reliques

C'est le roi René d'Anjou qui fit effectuer des fouilles en 1448 sous l'église, qui mirent à jour les reliques des deux saintes. A l'époque l'église se situait plus à l'intérieur des terres, le cordon littoral a reculé. Les reliques furent mises dans des châsses richement ornées et transportées dans la chapelle haute. A la Révolution ces reliques furent brûlées, mais une partie put être sauvée et fut placée dans les chasses actuelles. C'est lui aussi qui fit creuser la crypte où les gitans étaient autorisés à vénérer Sara, leur patronne. Depuis cette époque, chaque 24 mai après-midi est consacré à la descente des reliques, lors d'une cérémonie chantée. Durant l'année, les châsses demeurent dans la "Chapelle haute", et elles ne sont descendues qu'à l'occasion des Pèlerinages.

Les gitans

Les Gitans (du mont Gype d’où vient la dénomination petite Egypte ; on les a appelés les Égyptien, puis les égyptans, puis les gitans) sont Présents en Espagne et dans le midi méditerranéen.

La statue de Marie Jacobé

La statue de Marie Jacobé, est une statue en bois, polychrome couleur chair et rose aux lèvres, de création probablement récente comme la barque. La statue de Sara est la seule en plâtre. Marie Jacobé, est par filiation la plus proche de Jésus-Christ, elle est donc située à l'arrière de la barque, la partie la moins exposée aux dangers, on devine l'arrière à la présence de la quille de la barque. Elle tient dans sa main gauche un vase à parfum, un élément rituel important de l'époque. Hauteur 60 centimètre. La statue est habillée par superposition de 3 vêtements, une robe bleue, ceinturée, puis un long voile blanc richement brodé et enfin un survoile de couleur jaune. La main droite de Marie Jacobé est ouverte en forme de bénédiction. Les mains ne portent aucun anneau.

 

Une église forteresse

On peut visiter cette église de 8h à 19h en mars/avril/octobre et de 8h à 18h de novembre à février. L'église est fermée de 12h à 14h de mai à septembre
Construite au début du 9ème siècle en remplacement de l'oratoire, lieu de prière construit pas les Saintes-Maries à leur arrivée en Provence, prieuré au 11ème pour gérer les terres de Camargue, l'église est reconstruite au 12ème. A la fin du 14ème on y ajoute des mâchicoulis. Cette église avait un rôle stratégique, des pirates sévissaient sur la côte déserte. Loin de tout, dès l'arrivée des assaillants, la population toute entière se réfugiait dans l'église. Voilà pourquoi, les murs sont percés de meurtrières et qu'on y trouve un puits d'eau douce. Une petite porte étroite, donnant sur la place, permet de pénétrer dans la forteresse obscure et terriblement humide. Des choses intéressantes à y voir, la crypte de Sainte-Sarah, les murs de pierres brunes qui longent l'église, la barque des Saintes Maries, l'oreiller des saintes. Nef romane unique rallongée de 2 travées au 15ème. Dans la troisième travée à gauche au dessus de l'autel, la barque des Saintes-Maries, Marie Jacobé à gauche, la brune, Marie Salomé à droite, la blonde. A droite de la barque, "l'oreiller des saintes", une pierre polie enchâssée dans une colonne.

Débarquement en Provence

En 42 de notre ère, 10 ans après la mort et la résurrection de Jésus, Lazare, l'oncle de Jésus, Marthe la tante et Marie-Madeleine que l'on dit l'épouse de Jésus, accompagnés de Marie Jacobé la mère de Jésus, Marie Salomé, peut-être Sara ou Sarah, la servante égyptienne échouent en Camargue. Un autre disciple du Christ, Maximin, ainsi que l'aveugle Sidoine sont du voyage, au total 8 personnes. La Gaule, en ce milieu du 1er siècle, est barbare, idolâtre, adorent les dieux celtes. Cet échouage va tout changer. 3 Maries, dont l'origine du nom est une adaptation de Myriam, la princesse en hébreu qui vont changer l'histoire de France.

 

Romains et chrétiens

Les romains en ce début de notre ère occupe la Palestine. Les romains pour expliquer les événements exceptionnels de la nature comme la foudre inventèrent des dieux avec un d minuscule. La foudre, la sécheresse, la famine, venaient de la colère des dieux qui se vengeaient de notre mauvais comportement. Le pays se couvrit de temples ou les citoyens devaient faire des offrandes. Nul doute qu'un timide jeune homme de 30 ans qui vit encore dans les jupes de sa mère et à qui un ange est venu dire qu'il était le fils de Dieu, dans ce pauvre village de Nazareth n'a pas leur sympathie. Malgré les miracles dans les 3 dernières années de sa vie, les romains le condamnèrent à mort et exécutèrent la sentence. Mais la rumeur des miracles dans les 3 dernières années de sa vie se propagèrent dans le pays, on en parlait encore 10 ans après, les conversions étaient nombreuses. Le moment était venu d'éloigner le plus loin possible toute sa famille et quelques uns de ses plus proches fidèles, pour l'exemple et cela tombait bien un bateau phénicien s'apprêtait à jeter l'ancre de Jaffa pour le port d'Aigues Mortes où il devrait livrer une cargaison d'huile et de vin. Le marché est conclu, les passagers seront abandonnés le plus loin possible, qu'ils ne puissent jamais revenir.

Barque ou navire de ligne ?

Le capitaine a-t-il en vue les cotes de France, en arrivant à quelques kilomètres d'Aigues-Mortes qu'il décide de les abandonner à quelques kilomètres du rivage, les courants, le vent de la mer décideraient de leur sort. Le capitaine mit une chaloupe à la mer qui dériva jusqu'à la plage des Saintes-Marie-de-la-Mer. Mais les marins du navire parlèrent de ces personnes une fois arrivés au port, ils racontèrent le voyage, la chaloupe. Une personne les écouta avec la plus grande attention, elle s'appelait Sara et décida d'aller leur porter secours en longeant le rivage pour les apercevoir. Lorsque les naufragés arrivèrent, ils furent accueillis comme des miraculés, comme guidés par la main de Dieu. La légende des Saintes-maries-de la-Mer était née.


Page accueil